Nombre de connexions E-Mail Statistiques du site
Bio

mercredi 20 novembre 2019
Nombre de visites : 6

Effondrement - Le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique (ou changement climatique) est présent dans nos esprits que depuis très récemment : le GIEC n’émet cette hypothèse qu’en 2007 (avec surtout le lien fait avec les émissions de gaz à effet de serre produits par la civilisation industrielle).
On observe une augmentation de la température depuis les années 1950 de manière notable. Mais on a fai tle lien avec l’effet de serre que depuis 2007. Alors que cette hypothèse est connue depuis 1861.

Malgres toutes ces données on on doit quand même étudier toutes les causes :

- L’activité solaire : si le soleil a sa luminosité qui augmente, la chaleur reçue par la Terre augmente, c’est logique. Et il existe bien une augmentation de cette activité : c’est le cycle découvert par Heinrich Schwabe. Mais ce cycle est de 11 ans environ, ça ne correspond pas à ce qu’on observe.
- l’augmentation du CO2 est lié à l’activité volcanique : même si cette activité nous a peut être sauvé de l’épisode de la terre boule de neige , la encore, on observe pas d’augmentation de cette activité.
- l’augmentation du CO2 est lié à l’activité humaine : et la, on voit tout de suite une corrélation entre la consommation de charbon, puis de pétrole/gaz, et l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère.

L’effet de serre est principalement du au taux d’eau dans l’atmosphère mais ce taux se régule tout seul : s’il fait froid, l’air contient moins d’eau (la vapeur se condense en nuages) et s’il fait chaud, l’air en contient de plus en plus jusqu’à ne plus pouvoir en contenir est quand elle atteint 100%, elle condense aussi.
Donc, le lien entre augmentation de la température et effet de serre est du aux gaz venant de la combustion d’énergie fossile.

Quelle sont les conséquences :

- augmentation de la température globale et locale : les espèces végétales non adaptées à des températures plus élevées vont disparaitre. On peut imaginer une migration mais elle sera plutôt le fait de l’homme (on pense maintenant cultiver des vignes en Grande Bretagne). Les espèces animales ont déjà commencé à migrer, pour celles qui le peuvent. On pense au moustique Tigre qui est déjà dans le sud de la France.
- augmentation de la température : cela va entrainer une baisse du rendement de nos cultures. Jean-Marc Jancovici pense que la guerre de Syrie (et les autres printemps arabes) est directement liée à cette augmentation : canicule en Russie, baisse du rendement des céréales, plus d’exportation vers les pays arabes , faim, révolte.
- augmentation de la température des fleuves : on risque bien sur une baisse de la biodiversité mais en France par exemple, en plus, on ne peut plus faire fonctionner nos centrales thermiques. En effet, au delà d’une certaine température, EDF n’a plus le droit de relâcher de l’eau chaude et on est donc obligé de stopper des centrales.
- l’augmentation de la température entraine une dilatation thermique des océans. Ceux ci gonfle et le niveau de la mer augmente. Cette augmentation entraine une disparition de terre qui sont près du niveau de la mer. L’augmentation du niveau de la mer entraine aussi une salinisation des terre arables, et donc leur destruction.
- l’augmentation de la température entraine une fonte de la banquise terrestre (Groenland et Antarctique), ce qui accélère la montée des océans. Cette fonte est maintenant prépondérante et elle s’accélère.
- l’augmentation de la température entraine une fonte de la banquise arctique. Cela n’entraine pas de montée du niveau de l’eau mais malheureusement, une baisse de l’albédo. Et on voit alors une retroraction positive : moins de glace = mois de rayons solaires renvoyées dans l’espace = plus d’échauffement de l’eau = moins de glace = etc ...
- on craint de plus en plus pour le permafrost (et pour les clathrates de méthane) : on assisterait alors aussi à une retroaction positive : Fonte du permafrost = dégagement de méthane (qui est plus de 20 fois plus puissant que le CO2) = augmentation de la température = fonte du permafrost = etc ... Cette fonte encore plus peur quand on sait qu’il a piégé des micro organismes anciens qui pourrait créé des pandémies (genre grippe espagnole).
- les glaciers sont tous en recul : cela entraine évidemment une montée des océans mais plus graves, fait baisser la réserve d’eau douce des fleuves. Quand il n’y aura plus de glaciers, pas mal de fleuves vont se tarir en été.
- on parle de la circulation thermohaline ? Cette circulation alimente le gulf stream. Si celui ci s’arrête, l’Europe de l’ouest va voir son climat changer et surement devenir aussi brutal que l’Amérique du nord est : hivers plus froids, étés plus chauds.
- Les cyclones (ou ouragans ou typhons) se nourrissent de la chaleur de l’eau de mer. Ils ont besoin d’une mer de plus de 26.5 °C pour croitre. Il semble (bien qu’on ait pas encore beaucoup de recul pour l’affirmer) qu’il n’y a pas plus de cyclones mais qu’ils sont de plus en plus violents.
- certains lieus vont devenir invivables pour l’homme : des régions avec des températures permanentes au dessus de 50°C ne sont pas vivables. Pour y rester, il faudra augmenter le taux de climatisation , et donc de dépense d’énergie et donc de dégagement de gaz à effet de serre/chaleur.
- l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique augmente ce taux dans les océans. Le CO2 dissous entraine une acidification des océans ce qui à pas mal de conséquences néfastes...
- etc ...

Quel avenir ?
Le méthane se dégrade rapidement sous l’effet des rayons ultra violet. Par contre, la durée de vie du CO2 est beaucoup plus grande. Il se dissout dans l’océan mais ceux ci sont pas loin d’avoir atteint leur taux de saturation. Il est absorbé par les arbres, mais on déforeste ... Bref, le CO2 est amené a toujours augmenté et à agir pour les siècles à venir.

Il va faire chaud !!!




Répondre à cet article