Nombre de connexions E-Mail Statistiques du site
Bio

vendredi 29 mai 2020
Nombre de visites : 8

Reflexions - Le coronavirus

On arrive à la fin de l’épidémie, il est temps d’en faire un bilan...

Le virus en lui même

Ce virus est apparu en chine fin 2019. Il serait originaire du marché aux animaux de Wuhan. Ce virus est endémique chez les chauves souris. Celles ci ont un système immunitaire qui leur permet de le contrôler. Mais, suite a une mutation ou à un passage sur un animal intermédiaire, il est passé chez l’homme.
On a très rapidement pu identifié son mode de transmission : il faut un contact rapproché entre deux individus pour que les gouttelettes exhalées lors de la respiration, la parole , les éternuements ou toux passent. On a très rapidement aussi calculer sa contagiosité et c’est le principal problème avec ce virus : il tue peu mais il contamine beaucoup : résultat, au final, on risque pas mal de mort...
On a aussi très rapidement pu séquencer son ARN et ainsi, pu créer des tests dit PCR. Ces tests permettent d’identifier si on est porteur du virus.
On a aussi pu très rapidement évaluer sa mortalité qui s’établit au environ des 0.5 % sur l’ensemble des contaminés. Le problème, c’est qu’il est asymptomatique pour une grande partie des contaminés et donc, pour trouver ce nombre, il faut tester massivement. Tous les pays qui testent massivement arrivent plus ou moins a ce taux.
On a aussi identifié les personnes à risques : les plus de 65 ans (et plus particulièrement plus de 75 ans), les diabétiques, les hyper tendus, les obèses. On savait donc qui protéger...

Plus d’informations ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Coronavirus_2_du_syndrome_respiratoire_aigu_s%C3%A9v%C3%A8re#Taux_de_l%C3%A9talit%C3%A9

Et pourtant, malgré toutes ces informations,, on a été obligé de confiner et comble pour des libéraux, détruire l’économie française ...

Les conséquences de l’ultra libéralisme

- la baisse du nombre de lits dans les hôpitaux et plus particulièrement, ceux de réanimation. Au début de la crise en France, on avait 5000 lits de réanimation pour 67 millions d’habitants contre 28000 pour 83 millions d’habitants en Allemagne. Lorsque le virus est arrivé , les allemands ont pu réagir différemment de la France : ils n’ont pas eu plus peur que ça alors qu’on a craint à raison un dépassement de capacité en France. On est monté à 12000 lits en France au plus fort, on a délocalisé des malades, on en a même eu qui ont été soignés en Allemagne. Ce nombre est le résultat direct des baisses de budget décidés depuis Sarkozy. Même le président de "gauche" (plutôt droiche) Hollande n’a rien fait pour stopper cette politique. Les soignants sont en grève depuis plus d’un an pour dénoncer cet état de fait, on ne peut pas dire que le gouvernement n’est pas au courant, mais il continue. Résultat, quand on a besoin de ces lits pour affronter ce virus, on les a pas et on est obligé de sacrifier la liberté des français et l’économie.
- la pénurie de masque. En 2009, Bachelot a eu la trouille de la grippe aviaire et a acheté plein de masques (plus de 1 milliard !!!). J’avais beaucoup rit sur les vaccins mais pour les masques , pourquoi pas. D’autant qu’ils pouvaient servir pour d’autres virus, contrairement aux vaccins. Puis les différents ministres de la santé ont laissé ce stock se périmer. Après 10 ans, il en restait 700 millions, périmés pour la plupart. Faut bien faire des économies. Arrivent les macronistes et la, on commence carrément à les détruire... Résultat, au début de la crise, on en a a peine 100 millions !!! Réponse du ministre Veran : ils etaient périmés, vous ne les auriez même pas donner à votre lapin !!! Sauf que quand il s’est rendu compte de la destruction, il l’a stoppée en urgence : vaut mieux des masques périmés que pas de masque du tout. Cela ne les a quand même pas empêché d’en envoyer des moisis à la Réunion.
- le manques de tests. Même chose pour les tests : on a consciemment désindustrialiser la France. Contrairement à l’Allemagne qui a gardé des capacités à fabriquer des tests, on ne l’a plus. Résultat, une bonne politique aurait été de tester les contacts des malades pour éviter la contagion par les personnes asymptomatiques. Nous, vu le peu de tests disponibles, on a testé les personnes visiblement malades... Qu’on a ensuite confinés chez eux, avec leur famille ... On aurait voulu répandre le virus dans les familles qu’on ne s’y serait pas pris autrement ...

L’amateurisme du gouvernement

- les commandes de masque : on s’est dit qu’il n’était pas nécessaire d’avoir des stocks puisque qu’on pouvait s’en fournir dans l’usine du monde : la Chine. Manque de bol, tout les pays ont commandé en même temps et la Chine pendant ce temps s’etait confiné. De plus, on a fait des paiements à 30 ou 60 jours. Résultat, la Chine a livré en priorité a ceux qui payaient cash... Et on s’est retrouvé à poil. Le gouvernement a été obligé de réquisitionner les commandes des collectivités locales qui elles, avaient payer cash. On a même "voler" des cargaisons qui devaient aller dans d’autre pays, bonjour la solidarité... Et même si je ne suis pas forcement pro privé, pas mal de sociétés d’import export ont proposé leurs services au gouvernement, qui les a proprement snobé... avant de se raviser devant leur incommensurable incompétence en matière d’achats ...
- l’utilisation des tests : comme vu précédemment, il faudrait tester les contacts asymptomatiques des malades présumés. Dans le cadre ou on a pas assez de test, on peut agir en assimilant des présumés malades à des malades et donc ne pas les tester. Comme on a pas de traitement a part le paracétamol, il n’y a pas plus de risque de donner du paracétamol à un malade qu’a un non malade si on respecte la posologie.

Les mensonges du gouvernement

- sur les risques de pandémie : en janvier, Buzin paradait en annonçant que les risques d’épidémie étaient nuls en France. Elle a juste oublié que le virus circule via ses porteurs et que ceux ci ont continué à se balader via les frontières qui sont restées ouvertes trop longtemps...
- sur les masques : on a pas de masque, donc on en a pas besoin, à part pour les malades et les soignants. Si eux en ont besoin alors qu’ils ne sont pas malades et qu’ils sont en contact avec des malades, pourquoi les gens n’en auraient pas besoin s’ils ne sont pas malades et qu’ils sont en contact avec des malades (sans le savoir en plus) ? C’est de la pure logique ... On a même eu le message que c’était très compliqué à utiliser, voir dangereux et maintenant c’est fortement conseillé voir obligatoire !!! Belle volte face ...
- sur les tests : même chose : on en a pas donc on en a pas besoin ... Même si l’OMS a demandé de tester massivement dés le début...

La psychose

Dés janvier en France, les chaines info, ces charognards qui se nourrissent des mauvaises nouvelles, ont commencé à paniquer. Il suffisait de voir comment les "journalistes" de ces chaines interrogeaient les médecins et les politiques sur le mode "on va tous mourir". Tout y est passé , des gamins responsables de la contamination, du virus qu’on retrouve dans les eaux usées de Paris, du syndrome de Kawasaki (qui n’a fait a ce jour qu’un mort), de la haute contagiosité, des personnes qui ne respectant les maintenant célèbres gestes barrières et qui deviennent des super contaminateurs (terme banni depuis car trop anxiogène, ben voyons). Maintenant, certains battent leur coulpe tel Brunet qui dit "qu’on eu très peur" ... Ce virus a pour l’instant fait un peu moins de 30000 morts en France. C’est plus que la grippe saisonnière (5000 a 10000 morts par an) mais beaucoup moins que le nombre de mort annuel en France : 640000... Et même dans le monde, on en est a moins de 3000000 morts alors que le paludisme tue environ 500000 personnes dans le monde. Il est vrai que c’est dans des pays pauvres, donc les labos ne s’en préoccupent pas trop pour trouver un vaccin ... Maintenant, les mêmes s’étonnent que 50% des français sont encore réticents à envoyer leurs gamins à l’école ou à retourner au boulot...
Il y a eu tellement de conneries qui ont été dites sur ce virus ... De plus, c’est tout benef pour le gouvernement : la peur permet un meilleur contrôle social. Mais au final, c’est contre productif : l’économie a du mal a repartir et on a une belle augmentation du chômage...

Quels enseignements en tirer ?
Déjà, que ce gouvernement ne tient que grâce a la com... Ils auront tout dit , tout tenté pour se défausser. On a même Macron qui affirme qu’il n’y a jamais eu de rupture dans la fourniture de masques !!! Les réseaux sociaux permettent de diffuser pas mal de fausses informations, c’est vrai mais si on compare avec les chaines mainstream, on est pas mieux loti. Il faut vraiment apprendre à trouver et recouper soit même les informations pour avoir une chance de s’y retrouver. Pas mal de personnes serrent les fesses en ce moment : elles sont impliquées dans des plaintes pénales. On comprend mieux leur prudence pour le déconditionnement. Seul Macron ne risquera rien, statut de président oblige...
Parmi ceux qui ont du souci a se faire , on trouve :
- Le premier ministre dont la barbe continue à blanchir à cause des soucis : il a préféré utiliser une réunion sur le virus pour passer son 49.3 sur les retraites
- Véran, pour avoir fait baisser le budget des hôpitaux en tant que rapporteur au budget de la sécurité sociale et pour ses mensonges
- la si bête porte parole du gouvernement, pour ces mensonges à répétition (elle a même prétendu être ministre !!!)
- Buzin, pour avoir déserter le ministère au plus fort de la crise
- Castaner, pour ne pas avoir fourni des masques aux policiers et autre pompiers
- le croque mort Salomon, qui préfère annoncer la liste des morts tous les jours plutôt que renouveler le stock de masques (alors qu’il était au courant depuis 2018)
etc ... la liste est longue

Avec des masques et des tests, on aurait pu faire comme en Corée du sud ou Taïwan par exemple : masquer le plus de monde possible (faire une sorte de confinement individuel), tester le plus de monde possible pour confiner les malades rapidement. Avoir un nombre de lits suffisant pour faire comme en Allemagne des confinements partiels.




Répondre à cet article