Nombre de connexions E-Mail Statistiques du site
Bio

mercredi 27 mars 2019
Nombre de visites : 8

Crash - Opération démontage : suite et fin

C’est (en principe) la dernière : ablation du matériel qui maintient ma vertèbre T12.

Dimanche 24/03, départ pour l’hôpital. Plein de petites emmerdes, ça commence bien ...
- mon alarme perso a du mal à s’armer
- je perds ma convocation sur le chemin (ça va, je me rappelle l’aile et l’étage de l’hôpital)
- en arrivant ; je m’aperçois que j’ai laissé une lampe allumée chez moi et celle la, je ne peux pas la commander à distance... tant pis, c’est une lampe basse consommation, ça devrait pas trop me coûter cher en électricité...
- j’apprends que je passe au bloc à 13h30 le lendemain au lieu de 11h00 : 2h30 à crever la dalle...

Le chirurgien passe me voir : ready to go !!!

Mauvaise nuit évidemment, le stress, le fait aussi d’être en chambre double mème si mon voisin est discret. Je ne finis pas le film que je regarde sur l’ordinateur pour ne pas m’endormir trop tard.

Réveil, un petit café (faut être à jeun) et attente en somnolent.

Je descends à 13h45, l’infirmier anesthésiste a du mal à trouver une veine... Ensuite, je passe de brancard en brancard (ils se sont plantés de brancard...).

Endormissement différent de la dernière fois, et c’est même pas l’anesthésiste (dommage, une belle brune) prévu : plus lent, je me sens partir doucement au lieu du on.off de la dernière fois.

Et réveil en passant par un bout de rêve !!! Ca me donne une impression que mon sommeil a duré contrairement à la dernière fois. Réveil un peu dans le coltar vers 16h30 mais avec une patate : prêt à y retourner !!! Un peu faim, un peu soif... Je vérifie mes jambes : tout va bien, je ne suis pas paraplégique. Et oui, opération sur des vertèbres, en plus celles qui commandent tout le bas du corps, autant dire que si ça déconne, on perd sa raison (en tout cas pour moi) de vivre ... ;-)

Retour en chambre avec un nouveau voisin (opération du crane suite à un AVC) : il se plaint pas mal, il suit pas bien les recommandations et il ronfle, vivement que je me casse...

Le chirurgien passe me voir pour m’expliquer :
- pas de problème, il a tout enlever
- par contre, il ne connaissait pas ce matériel, il a "improvisé" avec des outils polyvalents...
Décidément, rien ne se passe comme prévu...
Mais il est content de lui et ça n’a pas rallongé l’opération...

J’ai d’abord le droit de boire et de manger un yaourt et une compote mais j’ai vraiment encore faim (et pas de nausées), on me donne du solide (un navarin d’agneau a l’ail et purée, miam).

Pas trop mal au dos sauf quand je bouge et ça reste supportable. Bref, je devrais retrouver rapidement mon autonomie...

Mardi matin : je peux me lever (sous la surveillance d’une infirmière) et me laver au lavabo. J’ai le droit à un test anti bactérien (un coton tige dans le derrière, youpi).

Évidemment, vues toutes les emmerdes depuis le début, ca continue : à 20h30, je reçois une alerte SMS de mon système de surveillance. Je regarde via les web cam, y a quelqu’un chez moi !!! Bon, ouf, c’est les pompiers. ils ont du intervenir suite à la lampe qui est restée allumée.
Je contacte le 18, a priori, ils sont passés par la fenêtre. Ils ont pas cassé la porte.
En visualisant les vidéos de mon système, ça confirme ça. Au moins, ils ont pas cassé la porte...

Enfin, mercredi : je rentre enfin chez moi. 2 mois d’arrêt de travail, c’est mon chef qui va être content. Des soins infirmier évidemment mais aussi de la kiné.

Voila, prochaine étape dans un avion, fin juillet début aout si tout va bien...




Répondre à cet article