Nombre de connexions E-Mail Statistiques du site
Bio

lundi 14 octobre 2019
Nombre de visites : 9

Effondrement - Les ressources naturelles

Nous sommes sur une planète, une planète finie. C’est à dire que ce qu’on peut y trouver n’est pas infini. Et les ressources naturelles sont elles aussi finies.

On le sait sur le pétrole par exemple. L’extraction coute de plus en plus cher. En argent évidemment, mais on sait créer de l’argent ex nihilo. Par contre, l’extraction coute de l’énergie. Au début d’une extraction, on part sur les gisements les plus faciles à exploiter puis, on va sur ceux de moins en moins facile. Et on s’arrête quand l’énergie nécessaire pur l’extraction est trop grande. Pour le pétrole, il est stupide de dépenser plus d’un baril pour extraire un baril.

Pour une ressource naturelle non énergétique, c’est plus compliqué à calculer mais on y arrivera...

Sur les matières premières, on arrive petit à petit aux limites. Ainsi, l’agriculture industrielle est dépendante des engrais de synthèse à base de phosphore. Hors, on est déjà à la fin du phosphore... et c’est la même chose avec pas mal de ressources (or, argent, etc...). Sur ce problème, on a deux solutions :
- soit on trouve de nouvelles ressources, à l’extérieur du système Terre. Les astéroïdes ou la Lune sont de bons candidats mais ça coute très cher, en argent ou en énergie...
- soit on recycle. Mais même ça, ça coute beaucoup d’énergie et c’est des fois pas possible. Par exemple, on utilise l’oxyde de titane comme pigment (le blanc des peintures). Ça va pas être facile a recycler toutes les peintures des maisons... Et le blanc du dentifrice, on fait comment ?

On va aller vers la troisième solution : on devra s’en passer... Alors, comment vivre dans notre société technologique sans or (les circuits imprimes), sans platine (catalyseur), sans terre rares (aimants permanents, etc ...), etc ...

Je pense que la solution au paradoxe de Fermi : l’épuisement des ressources avant d’avoir pu aller exploiter des ressources extra planétaires ...

Il faut aller vers le recyclage le plus important possible, dans les possibilités énergétiques et le low tech (entre deux objets, choisir le moi disant au niveau des ressources, et tant pis pour l’attrait de la nouveauté ...)




Répondre à cet article