Nombre de connexions E-Mail Statistiques du site
Bio

dimanche 16 décembre 2018
Nombre de visites : 17

Crash - Retour sur le billard

Entrée à l’hôpital mercredi 12 dernier pour une opération le 13 au matin.
Bon, j’avais demandé une chambre individuelle, pas de bol, y en a pas...
Pas grave , je devrais rester que 4 jours.

Jeudi matin, douche sérieuse puis descente au bloc.
Mise en place de la perf, entrée au bloc. Je reconnais l’anesthésiste avec qui j’ai eu rendez vous en novembre. Un peu appréhension : c’est la première opération que je décide seul, c’est pas une opération indispensable. Peur donc de le pas me réveiller...

L’anesthésiste me dit "à toute à l’heure", je lui répond bravache aussi "a toute à l’heure".
Je me sens partir, je ne résiste pas..

Et je me réveille aussitôt !!! En fait, 4 heures plus tard (13h34) ;-). C’est une drôle de sensation : quand je dors normalement, j’ai la sensation du temps qui passe et pas la...

Quelques vomissements, la tête qui tourne un peu, je me bats contre la machine qui me surveille : "faut respirer bien à fond avec vos poumons"... Je vérifie : mon pied est toujours la et les orteils bougent... On a des idées cons des fois ...

Je reste en salle de réveil 1 heure et je suis ramené en chambre. On me renvoie à la radio, première super bonne nouvelle : le chirurgien m’a tout enlevé !!! Ouf ...

Le chirurgien passe me voir, toujours aussi cash ... il m’explique qu’il a été moins "boucher" que prévu : les incisions sont moins nombreuses et moins grandes que prévues...

J’essaie de manger le soir mais ça passe pas trop : les restes de l’anesthésie et sûrement le Tramadol. J’essaie de bien boire et devant l’insistance du personnel hospitalier, je pisse dans un urinal. J’apprends alors que c’est important, il s’agit de vérifier si la vessie refonctionne et si on y arrive pas, on a droit à la sonde urinaire !!! /o\

Pas trop envie de chier, et surtout pas envie de chier dans une bassine...

Le chirurgien veut que je parte le lendemain... Vu la douleur, c’est pas trop mon truc.

Nuit difficile : nouveau voisin , pas trop bruyant mais pas mal de douleurs.

Le vendredi, nouvelles radio (de coté celles la). Le chirurgien est content de son travail. Un kiné passe pour me mettre debout, pas facile, mais j’arrive à marcher avec les cannes, malgré le drain redon à ma cheville. Je ne vais pas loin. Mon départ est renvoyé au samedi, comme prévu au début.

Nouvelle nuit qui se passe mieux, moins de douleurs, j’arrive à aller au wc, ça fait du bien au ventre et surtout au mental : je suis autonome, je peux rentrer chez moi l’esprit tranquille.

Samedi matin, douche (je déteste me laver dans le lit...). Ça fait du bien, encore de l’autonomie. On m’aide à m’habiller et je pars de l’hôpital vers 13h00. Arrêt de travail d’un mois en poche. Les ambulanciers ne peuvent pas s’arrêter à une pharmacie. Pas grave, je le fais seul sans trop de problèmes. Je peux aussi poster l’arrêt de travail. Pas moyen d’aller prendre rendez vous avec un infirmer pour les pansements : ils sont fermés le samedi. Ça attendra lundi : je suis capable de me faire les piqûres de Lenovox tout seul.

Me voila donc de retour chez moi, le temps de la cicatrisation...

Si c’était à refaire , malgré la douleur, je le referais, ça me fait un risque de moins si je ressaute un jour...




Répondre à cet article